Piscine - Le centre aquatique du Plateau Est de Rouen

Sur le territoire de l’ancien canton de Boos, 10 des 15 communes qui le composaient se sont organisées en « Entente Intercommunale » en vue de doter le plateau est de Rouen d’un centre aquatique qui fait cruellement défaut depuis la fermeture, en 2008, de la piscine de Bonsecours. Cette entente est intitulée EICAPER (Entente Intercommunale du Centre Aquatique du Plateau Est de Rouen).

Ces 10 communes sont :

  • Amfreville-la-Mivoie,
  • Belbeuf,
  • Boos,
  • Franqueville-Saint-Pierre,
  • Le Mesnil-Esnard,
  • Mesnil-Raoul,
  • Montmain,
  • Ymare,
  • Quevreville-la-Poterie (depuis 2019),
  • Saint-Aubin-Celloville (depuis 2021).

Les ententes intercommunales sont régies par les articles L.5221-1 et L.5221-2 du code général des collectivités territoriales (CGCT).
Compte-tenu des contraintes législatives qui s’imposent à nous, l’EICAPER a délégué à la commune de Belbeuf la maîtrise d’ouvrage de l’opération.
Un concours de maîtrise d’œuvre a été lancé.
Le 8 janvier 2019 le jury a retenu 3 groupements d’architecture appelés à concourir.

Le 25 avril 2019, le jury s’est à nouveau réuni et a retenu le projet présenté par :

  • le Cabinet d’architecture COSTE,
  • le Cabinet SOGETI Ingénierie de Rouen pour l’ordonnancement, le pilotage, BET TCE (fluide, thermique, électricité, OPC),
  • le Cabinet KUBE de Rouen (structure, VRD),
  • le Cabinet VIVIE acoustique,
  • l’Atelier Silva LANSCAPING pour le traitement paysager.

Les concepteurs lors de « leur déambulation impromptue » dans le paysage voisin ont retenu « les courbes sinueuses de la Seine, la prestance fabuleuse des falaises de Saint-Adrien ». « Ces rencontres ont signé alors le fil rouge de leur discours architectural »

Le centre aquatique est conçu sur deux niveaux

Au rez-de-chaussée : l’accueil, les services administratifs, les vestiaires et douches pour individuels et les groupes (entrée séparée), un grand bassin de 6 couloirs sur 25 pour mètres de long, un bassin d’apprentissage de 270 m², un bassin d’apprentissage pour jeunes enfants (70m²), un toboggan multipistes.
A l’étage (relié par escalier et ascenseur) : remise en forme sèche et humide avec sauna, hammam, jacuzzi, salle de gymnastique, de fitness, bassin d’activités de 120m² (aquagym et aquabyke), solarium.
A l’extérieur : possibilité ultérieure d’agrandissement avec plage et possibilité de bassin extérieur, parking 100 voitures, autocars, véhicules PMR.La structure représente une superficie de 3 467m².


Le fonctionnement : La gestion est prévue en Délégation de Service Public (DSP).


L'adhésion de nouvelles communes à l’EICAPER est possible.
L’investissement : Le projet est engagé sur un coût global l'ordre de 15 millions d’euros.

  • L’Etat (DSIL) subventionne pour 1 million d’euros.
  • La Région Normandie subventionne pour 1,5 million d’euros.
  • Le Département de la Seine-Maritime subventionne pour 1,2 million d’euros.
  • La Métropole-Rouen-Normandie subventionne pour 2 millions d’euros.
  • L’ADEME subventionne pour 243 360 euros.

Le calendrier : Le dossier de permis de construire a été délivré en octobre 2020.
La première pierre a été posée le 1er octobre 2021.

 

Communiqué de presse de l’Entente Intercommunale pour le CENTRE AQUATIQUE DU PLATEAU EST DE ROUEN

Mise au point relative à l’évolution du chantier :

"Depuis plusieurs années, 10 communes de notre secteur (Amfreville-la-Mivoie ; Belbeuf ; Boos ; Franqueville-St-Pierre ; Le Mesnil-Esnard ; Mesnil-Raoul ; Montmain ; Quèvreville-la-Poterie ; St-Aubin-Celloville ; Ymare) se sont engagées dans la construction d’un centre aquatique.

Attendu depuis près de 50 ans, le centre aquatique intercommunal du Plateau est un équipement dimensionné à la taille de son territoire. Sa conception écoresponsable assurera des conditions de pratiques optimales pour tous les usagers.

Les centres aquatiques font partie des plus complexes bâtiments publics à concevoir et construire. La mise au point d’une opération de cette importance nécessite du temps, de l’énergie, de la persévérance et des synergies étroites entre de nombreux acteurs, politiques, techniques et règlementaires.

Pour plusieurs raisons, l’ouverture du Centre aquatique prévue en mai 2023 ne pourra avoir lieu, même si cette ouverture reste envisageable pour la fin de cette année.

Ces difficultés sont de trois ordres et nous essayons d’y apporter des réponses dans les plus brefs délais.

  • Le pentagliss ou toboggan: Par suite de la mise en liquidation judiciaire de l’entreprise attributaire du lot « pentagliss », nous avons été contraints de procéder à une nouvelle consultation. L’entreprise retenue devrait pouvoir assurer la livraison et l’installation de celui-ci en juillet.
  • Les bassins: Pour des raisons de pérennité et d’hygiène, ceux-ci sont en acier inoxydable. Cet inox doit recevoir l’Appréciation Technique d’Expérimentation de la part du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) qui est en cours d’instruction après apport, par le fabriquant, des études nécessaires à la conformité. Un premier examen s’est montré favorable. Les résultats et l’obtention de la qualification, après passage en commission, pourraient intervenir cet été.
  • Le traitement biominéral de la filtration de l’eau sans dérivé chloré.

Celui-ci nous a été proposé par le cabinet d’architectes et existe déjà en France (Montreuil – 93), ainsi que dans d’autres pays européens voisins.

Les retours d’expérience sur la qualité de l’eau du bassin extérieur de Montreuil, sont tous très positifs depuis 6 ans.

Les articles qui dénoncent fortement le danger des bassins chlorés (air et eau) sur la santé des pratiquants et des travailleurs sont nombreux, y compris dans la presse médicale (internet : Vidal 14 02 2023).

Dès mi-décembre 2020, une phase expérimentale avait été déclarée nécessaire pour autoriser la même fréquentation qu’une piscine chlorée. Le 16 mai 2021, Monsieur Olivier Véran, alors ministre de la santé, nous a adressé par courrier un « avis de principe favorable » provenant de la Direction générale de la santé.

En décembre 2021, le cabinet du Premier Ministre a donné son accord à l’expérimentation.

Le 15 mars 2023, au cours d’une réunion en visioconférence, le directeur du pôle concerné à l’Anses (Agence de sécurité sanitaire) a précisé que « le principe n’était pas mis en cause », mais qu’il était nécessaire de leur adresser des documents complémentaires pour valider le protocole expérimental. Nous faisons tout pour leur transmettre cela le plus vite possible.

Leur avis pourrait par la suite, être rendu d’ici 2 à 4 mois.

Il est compréhensible que certains soient impatients, mais nous avons bon espoir que cette attente aboutisse d’ici la fin de l’année pour fournir à tous nos habitants, en particulier les élèves de nos écoles, un très bel équipement sportif et de loisirs respectueux de l’environnement et d’une grande qualité sanitaire.

Le Président de l’Entente intercommunale et les 10 maires des communes de l’EICAPER."

Mairie de Belbeuf - 3, rue du Général de Gaulle - 76240 BELBEUF

  • Lundi

     8h30 à 12h00 et 13h30 à 17h00

  • Mardi

     8h30 à 12h00 et 13h30 à 17h00

  • Mercredi

     8h30 à 12h00 et 13h30 à 17h00

  • Jeudi

     8h30 à 12h00 et 13h30 à 17h00

  • Vendredi

     8h30 à 12h00 et 13h30 à 17h00

  • Samedi

     8h30 à 12h00

  • Dimanche

    Fermée

Logo WSF Conception WSF © 2019 -