Imprimer

Belbeuf - Histoire

BELBEUF

Belbeuf doit sinon sa création, tout au moins son importance à l'installation des Normands, vers le milieu du 10éme siècle et parait tirer son nom de :
 
BEL : Beau et grand
et BEUF ou BU : Bourg
d'ou beau et grand village, ce qui s'accorde très bien avec la réalité.
 
En 1050 Bellebueth
En 1260 Bullebu
Plus tard Beulebeuf
 
La terre de Belbeuf, ou plutôt la seigneurie est connue dés la fin du 14éme siècle. Ses premiers seigneurs furent Colin Langlois qui portait en 1390 le titre d'écuyer, Jean d'Auricher qui semble être le premier à porter le titre de seigneur de Belbeuf dans les premières années du 15émé siècle, et Jacques de Poissy, seigneur de Gouy en 1417. Elle resta dans la mouvance de cette maison jusqu'en 1539, date à laquelle Louise de Poissy, unique héritière des fiefs de Belbeuf, de Gouy et du Becquet les apporta par mariage à Guillaume d'Hellenvilliers. Ce dernier vendit en 1564 ses terres de Belbeuf à Nicolat Puchot de Gerponville dont l'un des descendants la céda en 1597 à Jean Godart.(?-1601), qui put alors ajouter à son nom celui de sa terre (Jean Godart de Belbeuf); ses descendants garderont le domaine sans interruption pendant 333 ans, et c'est en 1719 que Louis XV érigea la seigneurie en Marquisat au profit de Pierre Godart (1650-1720) 1er Marquis de Belbeuf.
 

LES PROPRIETAIRES DU DOMAINE LES PLUS CELEBRES

 
Jean Pierre Prosper Godart de Belbeuf, 3éme Marquis, né à Belbeuf en 1725 et décédé en 1811 il fut Procureur Général au Parlement de Normandie et Grand Panetier de Normandie
( honneur qui consistait à présenter le pain au roi lors de ses voyages, privilège dont joui Jean Pierre Prosper en 1786 au passage de Louis XVI à Rouen), il est inhumé face au portail principal de l'église de Belbeuf (la dalle existe encore).
Avec Raoul Pierre Joseph Jacques Godart de Belbeuf, 6éme Marquis de Belbeuf (1850-1906), se termine la longue lignée mâle de ce nom, en effet il avait épousé en 1881 la fille du Duc de Morny, Sophie Mathilde Adèle qui avait porté avec tumulte le nom de Mathilde Godart de Belbeuf dans les cénacles littéraires et les soirées mondaines de la Belle Epoque et à laquelle Colette avec qui elle s'affichait librement avait donné le surnom de Missy. Il divorça sans avoir eu d'enfants en 1903.
Mais une branche collatérale les de Mathan, possédera le domaine ancestral pendant encore 25 ans.
 

LE CHATEAU

 
C'est Raoul de Mathan, qui vendit le domaine en 1930 à Me Olivier Jallu avocat du barreau de Paris.
Occupé par les armées allemandes lors de la seconde Guerre Mondiale, dépouillé de ses meubles puis réquisitionné pour le logement d'une vingtaine de familles sinistrées, la charpente du châteaux s'écroula en 1956 et une vente aux enchères dispersa en 1957 tout ce qui présentait encore de la valeur, enfin en 1958 "l'ancienne Mutuelle" devenu depuis le groupe AXA Assurances devint propriétaire du châteaux, dont la restauration intérieure débuta en 1963 et l'immeuble de bureaux fut inauguré en Mai 1968.
 

LES BATIMENTS COMMUNAUX

 
Presbytére : 1ére pierre en 1839
Mairie : 1887
Eglise, édifiée au 13émesiécle, elle était très différente de celle dont la flèche s'éleve actuellement à plus de 40 mètres et qui remonte au 16éme siècle, les seuls témoins de l'église primitive demeure le vieil if symbole de vie puisqu'il aurait plus de 700 ans et les fonds baptismaux qui datent du 17émesiécle. De l'édifice du 16éme siècle dédié à la Nativité, seule la nef est aujourd'hui conservé, on souhaita l'agrandir au 18éme siècle et le choeur fut profondément remanié.
 

LES HAMEAUX

 
La commune s'étend sur 4 hameaux, dont les noms de lieu ont une origine liée :
à la nature des activités humaines comme "La Poterie", souvenir des fabriques qui s'y dévelloppèrent au 18éme siècle,
au relief comme "Les Gravettes" que le mot gravier vient expliquer,
à la particularité d'un lieu "Normare",
à un monument, comme "St Adrien", lieu qui a pris le nom de sa célèbre chapelle dans le rocher. Le hameau de S' Adrien englobe sous sa dénomination ce qui reste de l'ancienne paroisse de ST Crespin du Becquet rattachée à Belbeuf en 1815.
 

LES HABITANTS

 
En 1250 : 200
1750 : 700
1789 : 700
1815 : 830
1850 : 774
1879 : 651
1903 : 586 Minimum démographique
1912 : 590
1939 : 750
1968 : 1240
1975 : 1409
1982 : 1681
1990 : 1696
1999 : 2032
2009 : 2123
2013 : 2080